AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 "In the Numbness' bittersweet Claws" [RP Gabriel Saint-Zéphir]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hana Morgan
Surveillant sans repère
► Modérateur
avatar

Messages : 307
Date d'inscription : 22/08/2011
Age : 20
Citation : Abandon my ship to the mercy of waves
Avatar : Anna Tsuchiya

MessageSujet: "In the Numbness' bittersweet Claws" [RP Gabriel Saint-Zéphir]   Lun 13 Fév - 21:45

Elle était immobile, la tête tournée vers le ciel. Les rayons glacés du soleil brûlaient son visage pâle. Le vent lacérait ses jambes et ses bras nus de ses griffes glacées. Elle n’aimait pas ce genre ce temps – non, le soleil trop vif et trop froid, le vent qui ne faiblissait jamais, elle détestait. Alors pourquoi restait-elle là, en petite robe d’été et sans manteau, plantée dans le froid ? Pourquoi fixait-elle le ciel ainsi ? Un ciel gris, terne, pollué, un ciel affreux de désespoir, pourquoi ne pouvait-elle en détacher ses yeux ?

  Hana ne savait pas. Elle était là, c’est tout.

   Quelqu’un la bouscula violemment, manquant de la faire tomber. Son esprit parti loin, si loin, réintégra brusquement le corps de la jeune fille. Un air égaré se peignit peu à peu sur son visage ; elle tremblait de froid, les flocons de neige sur sa peau nue lui donnaient un sentiment de malaise, elle ignorait où elle était et comment elle était arrivée là. Elle tourna un peu sur elle-même, tentant de se repérer. Mais, à perte de vue, des routes et des trottoirs enneigés, des plaques écrites en français – langue incompréhensible pour la jeune fille –, et aucun moyen sûr de se repérer. Kuso…

  Hana eu d’abord peur d’attirer l’attention : une jeune fille en tenu d’été par ce temps glacial et fixant le ciel sans raison était suffisamment étrange pour que l’Armée, toujours en quête d’Anormaux, s’en mêle. Mais autour d’elle les passants semblaient tous pressés, marchant la tête basse et courant presque. Personne ne faisait attention à elle.

   La jeune fille en fut soulagée, bien que ce comportement l’étonnait quelque peu. Son soulagement fut de courte durée lorsqu’elle se rappela qu’elle était transie de froid et n’avait aucune idée de quel chemin elle avait pris pour arriver là, ni de l’adresse de son hôtel. Mais autre chose inquiétait Hana. Depuis quelques temps, lorsqu’elle se perdait dans les méandres tortueuses de son esprit – chose qui arrivait fréquemment –, elle se retrouvait ensuite dans des endroits incongrus, sans savoir comment elle y était arrivée. Ces « trous noirs », comme elle les nommait, commençait à durer de plus en plus longtemps. Ce n’était d’abord que quelques minutes, puis une ou deux heures, puis c’était allé jusqu’à une journée entière. La jeune fille craignait de finir par se faire repérer par l’Armée. Bon, on lui avait diagnostiqué une schizophrénie lorsqu’elle était enfant. Mais ce n’était jamais allé plus loin que quelques hallucinations et délires, jamais une deuxième personnalité n’avait fait surface. Elle craignait à présent, sans en être sûre, que ce soit le cas. Hana espérait vivement que ce ne soit que quelques crises de somnambulisme.

  La jeune fille se mit à arpenter le trottoir, enserrant son torse de ses maigres bras dans l’espoir de gagner un peu de chaleur. Elle songea quelques secondes à interpeller quelqu’un afin de retrouver son chemin, mais personne ne semblait vouloir lui accorder un peu de temps. De plus, elle doutait d’arriver à se faire comprendre : elle ne maîtrisait que l’anglais et le japonais.

  Elle s’abrita finalement sous la devanture d’un magasin afin d’échapper aux flocons de neige. Hana avait peur de tomber malade ; le froid la faisait désormais trembler violemment, et avec sa santé fragile, elle serait sûrement bonne pour une pneumonie si elle ne se réchauffait pas rapidement. Kuso.

  Alors qu’elle commençait à désespérer (car aucun magasin n’accepterait de faire entrer une personne sans argent, comme elle), une main se posa sur son épaule.

« - Mademoiselle ? »

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: "In the Numbness' bittersweet Claws" [RP Gabriel Saint-Zéphir]   Mar 14 Fév - 19:46

Regardant le spot lumineux placé devant lui, Gabrielle attendit que cela passe. Une photographie pour un magasine sur le renouveau de l'Opéra, ce n'est rien. Dans sa robe aux volutes bleues Gabrielle commençait à en avoir un peu marre. La séance photo se termina, brève remerciement, quelques poignées de main et c'était fini. Fini, retour au "naturel". Gabriel, sans "le" à la fin pouvait déjà un peu s’exprimer. Gabriel sortit de l’hôtel privé au lumière éclatante, projetant d’immense flamme sur le pavé gris parisien. Gabriel tourna la tête, regarda la phrase au dessus de la porte vitré ou deux grooms plutôt menaçant gardé jalousement l'entrée. "tu m'as donné ta boue et j'en ai fait de l'or"

"-Baudelaire
-Pardon ?
- La phrase, c'est de Baudelaire.
-Peut-être..."

Le nom lui avait échappé. Son garde du corps / Homme à tout faire n'était pas très instruit, ni très loquace. Mais c'était un homme de confiance, discret et qui connait son boulot. Il n'était au coté de Gabriel quand lors de déplacement en temps que Gabrielle et non simple castrat "humain". La neige commença a crever l'atmosphère étouffante de la ville, mais pourtant, malgré la blancheur de la poudreuse, tout le monde sait que Paris restera noir, étouffé sous les bottes des militaires et de la guerres. Gabriel soupira, il se revêtit d'un second manteau, bien que cela n'était pas utile c'était surtout pour faire plaisir a son garde. Toujours dans sa robe bleu, avec une veste de la même couleur, un premier manteau en cuire brun, en plus de se dernier, un imposant manteau en fausse fourrure de renard (c'était du chat, les temps son dur pour tous), il n'y avait que sa tête qui sortait du tas de vêtement, orné d'un habituelle chignon, légèrement maquillé, et légèrement rougissante au froid. Gabriel étouffait de nouveau. Il monta dans la voiture, et arriva devant un hôtel Privé, encore plus majestueux, plus grand, plus classe, plus cher que le précédant. Vieille bâtisse Parisienne, illuminait comme un phare, incendiant la rue de ses lustres de cristal, brulant les pavés noir de son tapis pourpre, avec encore plus de groom bodybuildés et menaçants. Gabriel salua son chauffeur et le regarda partir, devant l’hôtel, il y avait un magasin de fourrure, mais surtout, une jeune fille presque bouffé par le froid et la foule de parisien pressé et oppressé. Gabriel approchant doucement, intrigué par plus effrayé que lui tapota l'épaule de la jeune femme.

"- Mademoiselle ?"

A cette instant, déambula dans la rue quelque militaire, interrogeant tout être suspect... Comme cette dernière, quel idée de s’habiller si peu en pleine hiver ? Gabriel mis son manteau de fourrure sur les épaules de la jeune femme, l'arrangea rapidement et d'une main experte. Les militaires étaient proche. Gabriel prit un léger air a la fois timide et hautain, et parla a voie haute, face à la vitrine, obligeant l'inconnue a ne regarder que la vitrine. il chuchota.

" Be quiet and don't worried."

La jeune fille étant typé étrangère, Gabriel pensa a une touriste égaré... Ou pire, une anormal non européenne.


"- Darling, vous ne trouvez pas se vison trop cher ? On est crise, mais quand même !

- Mesdames...
- Messieurs..."

Ainsi passa la milice, sans demander son reste, sans même faire attention à la pauvre créature cryogénisé au coté de Gabriel. Quand la milice fut plus loin, il agrippa le bras de la jeune fille et la traina vers l’hôtel, ils rentrèrent tous deux. Gabriel s'assit dans un des canapés moelleux, en velours doré et surtout a l'écart de toutes oreilles indiscrète. Il montra un fauteuil a la jeune fille.

" Speak french ? Or not ?"


L'anglais n’étant pas le fort de Gabriel, il souhaitait qu'elle soit français. Vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Hana Morgan
Surveillant sans repère
► Modérateur
avatar

Messages : 307
Date d'inscription : 22/08/2011
Age : 20
Citation : Abandon my ship to the mercy of waves
Avatar : Anna Tsuchiya

MessageSujet: Re: "In the Numbness' bittersweet Claws" [RP Gabriel Saint-Zéphir]   Mer 15 Fév - 10:54

Hana se retourna fébrilement, vaguement inquiète. Mais elle aperçut presque aussitôt, du coin de l’œil, une bande de militaires en patrouille. Comme à chaque fois qu’elle en voyait, la panique l’envahit. Une mauvaise panique : elle se statufia, le monde devint flou autour d’elle. Elle n’entendait plus que les battements désordonnés de son pauvre cœur qui, lui semblait-il, résonnaient dans toute la rue. Elle ne voyait plus qu’eux, ils approchaient, ils entendaient son cœur battre c’est sûr, ils allaient la repérer, elle allait se faire choper, merde merde merde merde merde merde….

Quelque chose d’agréablement chaud se posa sur ses épaules, la sortant de sa transe. La personne qui l’avait interpellée venait de la couvrir de son manteau. Sans que Hana ait le temps de réagir, elle arrangea sa coiffure et pinça ses joues livides pour lui redonner un peu de couleur. Puis elle la fit pivoter vers la vitrine de sorte que les soldats, désormais à portée de voix, ne puisse voir ses yeux agrandis par la terreur.

" Be quiet and don't worried."

Hana se tut, n’ayant pas d’autre choix que d’obéir à la jeune inconnue. Celle-ci prit la parole d’une voix puissante et arrogante, mimant une riche héritière en plein shopping :

"- Darling, vous ne trouvez pas se vison trop cher ? On est crise, mais quand même !
- Mesdames...
- Messieurs..."

Les militaires passèrent sans plus de formalités, semblant ne même pas la remarquer. La jeune eurasienne se remit à respirer plus librement lorsqu’ils disparurent au coin de la rue. Sa sauveuse lui attrapa le bras et, sans un mot, la fit entrer dans un hôtel luxueux. Très luxueux. Hana se sentit aussitôt comme un misérable paysanne ayant pénétré sans autorisation dans un palace. Elles arrivèrent dans une sorte de petit salon privé. Hana se sentait beaucoup mieux : à l’intérieur, la température, bien que fraîche, était plus agréable. Sa sauveuse prit place dans un sofa doré, et lui indiqua un fauteuil en face d’elle. Hana s’assit, et pour la première fois depuis leur rencontre, elle put vraiment distinguer les traits de la jeune femme qui lui faisait face.

Elle avait de longs cheveux noirs soyeux, un très beau visage. Sa robe aux nombreux volants azurs semblait s’ajuster parfaitement à sa taille. Ses yeux noisette la scrutaient d’un air soucieux. Mais il y avait autre chose dans son regard. Hana n’aurait su dire ce que c’était exactement, mais il y avait une lueur au fond de son regard… une lueur qui vous rendait triste.

L’eurasienne baissa rapidement le regard. Si elle avait regardé dans les yeux de l’inconnue quelques secondes de plus, elle aurait eu accès à tous ses souvenirs. Et ça, non, franchement, elle n’en avait pas la moindre envie. Trop douloureux.

" Speak french ? Or not ?"

La jeune femme avait pris la parole d’une voix douce. Hana répondit en faisant la moue :

‘‘Hum… not really. And… you helped me so… Merci beaucoup.”

Hana grimaça lorsque son propre accent lui écorcha les oreilles. Non, vraiment, le français n’était pas sa langue favorite. Elle sentait le regard de son interlocutrice chercher le sien, mais s’obstinait à garder les yeux rivés sur la moquette bordeaux qui tapissait le sol de la pièce. Il y eut un instant de flottement, brusquement interrompu par des bruits secs et répétés. On frappait à la porte – verrouillée – du petit salon.

‘‘ S’il vous plaît, ouvrez ! C’est l’Inquisition française. Nous avons quelques questions à vous poser. ’’

Hana lança un regard alarmé vers la porte. L’Inquisition… non, ce n’était pas possible ! Il y a quelques années, la majorité des pays avaient créé chacun une unité spéciale, nommée l’Inquisition. Cette organisation regroupait les meilleurs éléments, chargés de repérer et de capturer les Anormaux. Mais pas n’importe quels Anormaux : l’Inquisition ne visait que les familles riches et fortunées. D’où leur présence dans un des hôtels les plus luxueux de France. Jusqu’à présent, la jeune fille qui avait des revenus très modestes dus à son mode de vie, n’avait pas eu à s’inquiéter d’eux. Mais là… C’est gens étaient la crème de la crème, et employait des Anormaux aux dons incroyables pour les aider. Si elle ne sortait pas très vite de là, il faudrait un miracle pour la sauver.

Elle lança un regard désespérée à son interlocutrice, dont le visage s’était rembruni en entendant frapper. L’eurasienne se leva d’un bond et chuchota à toute vitesse :

‘‘S’il vous plaît… I need your help. I need you to hide me, or help me to escape… Please, it’s a matter of life and death !’’

Nouveaux frappements à la porte. Plus secs, plus forts, impatients. Les nerfs à vif, Hana suppliait la jeune femme du regard. Pas beaucoup de gens aiderait une Anormale à échapper à l’autorité, mais elle lui avait déjà sauvé la vie une fois. Peut-être voudrait-elle encore l’aider ?

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: "In the Numbness' bittersweet Claws" [RP Gabriel Saint-Zéphir]   Jeu 16 Fév - 18:39

Regard fuyant, jeune fille perdu, tout désigné une de ces petites gens rebelles ou encore ces quelques anormaux fugitifs qui se cachaient un peu n'importe où... Mais a Paris, là c'était vraiment gros ! Il essaya de soutenir son regard pour la mettre en confiance, mais rien n'y faisait, elle gardait les yeux baissaient. Tant pis. Son accent fit sourire Gabriel, il ouvrit la bouche quand quelqu'un frappa. La voix, L’inquisition, les battements de son cœur... Premier réflexe, regarder par la fenêtre... Barreau, impossible de s’échapper par là. Il se leva, regarda la jeune fille et lui fit signe de garder son manteau en fourrure.

" Don't worried."

Il sortit son téléphone de sa poche et appela rapidement son chauffeur garde du corps. Les tambourinements se firent plus insistant.

" Viens tout suite à l’hôtel. Urgent. "

Il raccrocha et se précipita vers la porte. Il l'ouvrit, un large sourire sur son visage. Surprit par un accueille si chaleureux, il y eut un petit moment de flottement.

" Je vous en prie, entrés messieurs... Et mademoiselle !"

Deux hommes et une femme. Dans un costume militaire bleu, propre, rustre, chaussures ferrées, arme à porté de main.


" Ma jeune amie et moi sommes prêt à vous écouter. Je vous préviens seulement, que nous ne pouvons guère attendre, nous avons un avion a prendre. Je joue à New York, Eleonora, Le trouvère, de Verdi. Opéra que je vous conseille. Je me présente, Gabrielle Saint Zéphir, et mon amie m'accompagne. Quelle est la cause de temps d’agitation ? Je suis plutôt épuisé, si l'on pouvait faire vite, les autorités Américaines m'attendent impérativement, je ne peux déplacer ce vole. Vous savez comment est la sécurité... Je m'égare, que me vaut l'honneur de votre visite ? "

Sourire éblouissant, posture droite, regard brillant. L’appât d'un conflit direct avec les États Unies devaient leurs faire peur, tout le monde savait que Gabrielle Saint Zéphir était neutre, tout le monde savait qu' "Elle" était intouchable par son rayonnement mondial. Par contre, la jeune inconnue, cela était moins sûr qu'elle s'en sorte. Il avait parlé assez rapidement pour éviter d'être interrompu... Prochaine tactique... Que son garde du corps arrive vite... Très vite. Un des soldats se tourna vers cette dernière, il ouvrit la bouche, mais Gabriel fut plus rapide.

" Parlez en Anglais, elle n'est pas française, elle a été envoyer pour m'accompagner à New York. "

Sourire, regard, posture. Oui, Gabrielle ne pouvait être plus clean.
Revenir en haut Aller en bas
Hana Morgan
Surveillant sans repère
► Modérateur
avatar

Messages : 307
Date d'inscription : 22/08/2011
Age : 20
Citation : Abandon my ship to the mercy of waves
Avatar : Anna Tsuchiya

MessageSujet: Re: "In the Numbness' bittersweet Claws" [RP Gabriel Saint-Zéphir]   Lun 20 Fév - 21:31

" Don't worried."

La jeune femme s’était levée, apparemment dans l’intention de l’aider. Mais Hana ne voyait pas trop comment : il n’y avait aucune issue par laquelle s’échapper. Elle observa son interlocutrice passer un coup de fil, puis ouvrir grand la porte. Hana sentit son corps se raidir, tandis qu’un tic nerveux fit tressaillir son œil. Elle n’était pas sûre qu’ouvrir la porte au Grand Méchant Loup soit une bonne idée – Grand Méchant Loup qui avait la forme de deux hommes et une femme, mine sévère et costume rigide.

Sa sauveuse prit une posture et un ton assurés, et débita un long discours en français, dont elle ne comprit que quelques noms : New York, Opéra, Gabrielle Saint Zéphir – sûrement son nom. Une assurance incroyable émanait d’elle, elle paraissait sûre de son bon droit. Les agents de l’Inquisition ne parurent pas remettre en cause sa bonne foi, mais l’un d’entre eux se tourna vers l’eurasienne. Hana sentit son cœur accélérer, comme s’il allait sortir de sa cage thoracique. Merde, elle n’avait jamais été douée pour gérer la panique. Or si elle paniquait maintenant…

‘‘Good evening, miss, commença un des deux hommes avec un léger accent français. Sorry to disturb, but we have to ask you. Is it true that you are an american emissary send for Miss Saint Zéphir’s travel ?’’

La jeune fille n’avait absolument aucune idée de quoi il parlait, mais elle sentit qu’elle devait jouer le jeu :

‘‘- Yes, that’s true.
- And what is your name ?
- … Betty Lin.
- Can I see your identity papers ?’’

Hana maîtrisa à grand peine sa respiration qui accélérait. Non, il ne pouvait pas voir ses papiers, car elle ne les avait pas sur elle, et même si elle les avait, ils verraient qu’elle avait menti. Elle essaya une parade :

‘‘ - Sorry, but it seems that I forgot them in my car. We don’t have time, we need to go now…
- Miss, I must to see your identity papers. You can send someone search them.
- I said we can’t wait anymore. And I don’t think you want to upset the American authorities which are waiting for us.’’

L’agent se tut, hésitant. Il se tourna vers ses deux collègues, et discuta avec eux pendant une minute. Pendant ce temps, la dénommée Gabrielle regardait sa montre, comme si elle attendait quelque chose – ou quelqu’un. L’Inquisition cessa finalement son aparté. La femme se tourna vers Hana et déclara d’une voix tranchante :

‘‘We obviously don’t want to create problems with the United States of America… But our duty is to check that any person is not a danger for the population. We need to see your papers. Now. If you don’t have them, you will follow us to the police station.’’

L’eurasienne déglutit péniblement. Sa carapace de fausse assurance commençait à se craqueler, ce que ne manqua pas de remarquer la femme officier. Il y eut un blanc, la tension commençait à s’installer. Hana, en désespoir de cause, se tourna vers Gabrielle.

Soudain, un homme apparut dans l’embrasure de la porte, derrière les officiers de l’Inquisition qui ne l’avaient pas remarqué. Grand, baraqué, d’âge moyen. La jeune fille se demanda qui cela pouvait bien être.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: "In the Numbness' bittersweet Claws" [RP Gabriel Saint-Zéphir]   Ven 24 Fév - 19:48

Bien. L'étrangère semblait jouer le jeu, c'était déjà ça. Mais il semblait avoir un problème. Gabriel regarda sa montre, une fois de plus. Puis, enfin, son sauveur apparut dans l'embrasure de la porte. Peut-être n'avait il jamais autant aimé son garde du corps. Son regard noir, ses cheveux de jet, ses gros bras, son corps taillé en V... bref, un garde du corps. Il se leva brusquement et dit d'une voix calme et posé.

" Je vous pris de bien vouloir nous excusez nous devons partir. Le chauffeur, ici présent, nous attend, l'avion n'attend pas. Miss Lin ? "

Il tendit sa main vers la jeune fille. Un des hommes ouvrit la bouche. Gabriel fit un volte face.


" Nous devons prendre l'avion. Je vous ai accordait quelque minutes, pas dix, pas vingt, même pas cinq, juste une ou deux. VOUS les avez eut, nous partons. C'était le deal. Vous n'avez pas parlé d’amener quelqu'un quelque part. Veuillez préciser la prochaine fois. Bien, nous y allons. Et si vous nous en empêchez, imaginez les retombé sur la France... Comme... Je vous laisse imaginer. "

Il attrapa le poignet de la jeune fille et la fit sortir de la pièce.

" Monsieur. Madame. Je vous pris de nous excusez nous sommes sommes pressé. "

Il sortie de l’hôtel, poignet de l'étrangère en main, le garde du corps sur les talons. L'inquisition étant resté derrière, un peu ahuri de ce comportement.
De loin, dans la voiture, on les voyait sortant fier et arrogant continuer leurs tournés.


" Miss. Il va vous falloir de nouveau papier d'identité. Heu... We must new identity paper. But, tell me of you... In easy english, please. "

Elle lui sourit gentiment, puis son regard se tourna sur la route, buste tourné vers la jeune fille, tête vers le conducteur.

"- Il faut passer chez Émile, est-ce possible ?
- OK. Expliques moi tout après, ce serait sympa. Et évite de ramasser tout les étrangers, t'es pas la SPA.
- Je sais, promis, première et dernière fois. "

Gabriel eut un léger rire, le conducteur fit un signe de tête, mis amusé, mis exaspéré.
Revenir en haut Aller en bas
Hana Morgan
Surveillant sans repère
► Modérateur
avatar

Messages : 307
Date d'inscription : 22/08/2011
Age : 20
Citation : Abandon my ship to the mercy of waves
Avatar : Anna Tsuchiya

MessageSujet: Re: "In the Numbness' bittersweet Claws" [RP Gabriel Saint-Zéphir]   Lun 27 Fév - 19:51

Gabrielle se leva et lui tendit la main, apparemment dans l’intention de partir. Un des agents de l’Inquisition voulut protester, mais la jeune française le fit taire à l’aide d’une tirade au ton agressif. Puis elle fit sortir Hana de la pièce, suivant le grand type musclé qui était arrivé peu avant – sûrement un garde du corps ou un chauffeur, après tout celle qui continuait de lui sauver la vie avait l’air vraiment riche.

Ils marchèrent rapidement jusqu’à une magnifique limousine noire et lustrée. Hana s’assit à l’intérieur, admirant le cuir blanc des fauteuils. Elle eut du mal à cacher son émerveillement : venant d’une famille aux revenus moyens, elle n’avait jamais vu autant de richesses en un seul jour. Mais ce n’était pas le moment de se perdre dans les futilités, la situation venait de frôler la catastrophe. L’eurasienne souffla de soulagement en voyant, à travers les vitres teintées, l’Inquisition qui s’éloignait. Ils n’avaient pas l’intention de les poursuivre.

" Miss. Il va vous falloir de nouveau papier d'identité. Heu... We must new identity paper. But, tell me of you... In easy english, please. "

Hana se tourna vers son interlocutrice. Elle avait vraiment une jolie voix, très claire. La jeune eurasienne réfléchit rapidement, pendant que Gabrielle échangeait quelques mots avec son chauffeur. Il était normal qu’elle veuille en savoir plus sur elle, vu qu’elle venait de lui sauver la mise deux fois en moins d’une heure. Mais même si Hana se doutait bien que son interlocutrice la soupçonnait être une Anormale, elle ne pouvait décemment pas le lui confirmer. Trop dangereux. Surtout que la probabilité que ça soit un piège n’était pas nulle. L’Armée pouvait être très sournoise… Cependant, il valait peut-être mieux lui avouer toute la vérité : elle l’avait aidé, elle méritait de savoir pour qui elle risquait sa situation. Les jeux de dupes n’étant vraiment pas son fort, elle choisit la dernière option.

‘‘First, I wanna thank you for you precious help. You saved my life. And, hum… well, my name is Hana Morgan. I am a japanese citizen. I travel through the world to not be discovered by the Authorities. Because… hum… I am… I am an Abnormal. You French call us « Anormaux ». Please… don’t denounce me.’’

Gabrielle n’eut pas l’air très surprise, bien qu’elle arqua ses sourcils. Evidemment, elle devait s’en douter. La jeune eurasienne baissa la tête, mal à l’aise. Elle n’avait plus qu’à prier pour que tout se passe bien, et qu’elle ne soit pas dénoncée. Il y eut un blanc. Ne supportant plus le silence, Hana prit la parole d’une voix brusque :

‘‘A-and you ? Please tell me about you.’’

Elle attendit la réponse, fixant toujours ses genoux, resserrant un plus le manteau de fourrure autour de ses épaules.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: "In the Numbness' bittersweet Claws" [RP Gabriel Saint-Zéphir]   Dim 18 Mar - 17:57

Rester bête... Voila la situation. Japonaise... Elle ne pouvait pas le dire plus tôt ? Elle aurait inventé une histoire qu'elle c'est faite volé ses papiers a l'aéroport et expulsé de son hôtel et que totalement perdu, elle c'était retrouvé nez à nez avec Gabriel. Mais en y réfléchissant bien... Tout c'était passé très très vite. Trop vite.

" Well... Your name for a... Short time is Betty Lin, you leave in New York and, you follow me in a short time... One or two month. And I don't want know if you are Ok. "

Il soupira avant de lui sourire. Après tout, ce n'était pas de la faute de l'asiatique, mais entièrement la sienne, il n'avait pas a se mêler de ce qui ne le regarde pas.


" In two month, I'm go in Tokyo for a little job. My name is Gabriel Saint-Zéphir, i'm born in France, i'm twenty one years old... Hum... I'm a musicien. And it's the first time to help an Abnormal ... My english is very bad, isn't it ? "

Il rit joyeusement, puis joint ses mains sous ses lèvres, leva ses yeux au ciel et réfléchit en soupirant un" hmmmm" plutôt nonchalant. Il vérifia par la même occasion que son chignon était toujours bien fait, ce qui n'était plus le cas. Il retira ses quelques épingles, et ses cheveux furent lâché, libéré de la dictature des conventions, interdisant secrètement les jeunes gens a avoir les cheveux en vrac. En deux temps trois mouvement, le chignon fut refait. Il passa ses mains sur sa robe, espérant pourvoir porter autre chose très rapidement parce que les robes bleues ne courent pas les rue. Après une petite minute de silence, il reprit la parole.

" We go for make a false identity for you. Ok ?"

En espérant que la demoiselle ai tout compris a son texte qui tuer une nouvelle fois Shakespeare tant par la pauvreté du vocabulaire, que par les erreurs grammaticales...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "In the Numbness' bittersweet Claws" [RP Gabriel Saint-Zéphir]   

Revenir en haut Aller en bas
 
"In the Numbness' bittersweet Claws" [RP Gabriel Saint-Zéphir]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gabriel-Saint, a.k.a. l'Androgyne [U.C]
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» LES Voies DE LA RECONSTRUCTION PAR JEAN GABRIEL FORTUNÉ.
» ROCKY - 11 ans - SPA Saint-Etienne Loire (42)
» Relation entre Haiti et Saint Domingue :Point de vue d'un américain

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Premiers pas... :: Archives :: Anciens RPs-
Sauter vers: